#
Détails de la démission du Comité Central de la Société Cynologique Suisse / SCS

Détails de la démission du Comité Central de la Société Cynologique Suisse / SCS

Cher Peter
chers collègues du CC de la SCS

Lors de notre élection honorable à la direction de notre société en date du 13 décembre 1997, que nous avons acceptée et fêtée, nous étions tous conscients que notre succession ne serait pas facile. Après les élections, malgré tous les combats, les attaques ouvertes ou cachées, j'ai reçu beaucoup de soutien de la part de"la base" et j'ai ressenti l'apport de confiance vis-à-vis du nouveau CC de la SCS, afin que celui-ci sauve la situation mal engagée et qu'il arrive à bannir le risque de dispersion. Ce risque était bien existant à cause d'une discordance grandissante entre les sections actives et énergiques et une direction pratiquement paralysée.

Au sein du nouveau comité on pouvait alors constater que tout le monde voulait produire les grands efforts nécessaires pour redresser la situation mal engagée.

Je me suis rendu compte rapidement qu'un renouveau du CC n'était pas suffisant. Tout effort et engagement à titre honorifique ne servent à rien, si le coeur de la SCS, le secrétariat et l'administration du LOS n'apporteent pas les performances que l'on est en droit d'attendre de la part d'une société de prestation de services. Différents faits des derniers 6 mois passés me laissent dans le doute quant à une amélioration possible sans une réorganisation fondamentale du secrétariat. En tant que responsable de la commission d'élevage j'ai besoin du soutien entier de la part du secrétariat. Je me heurte encore et encore à un mélange d'opposition et d'incapacité. Des affaires importantes traînent, certaines collaboratrices semblent agir de manière pratiquement autonome et ne montrent aucune volonté de vouloir changer la routine introduite et l'hiérarchie établie. Certains refus au début de notre mandat pouvaient être justifiés par les problèmes de changements et un manque de personnel. Mais des faits supplémentaires se sont succédes que l'on ne peut pas excuser avec des absences prolongées de collaborateurs.

  • La consultation concernant la motion Gen Lex a été remise à temps à P. Ryser pour être traîtée et expédiée au Conseil Fédéral. Cela n'a pas été fait et c'est grâce aux interventions de H. von Arx et moi-même et par un envoi express que nous vons réussi à respecter le délai.
  • La lettre adressée aux clubs de race concernant l'interdiction de la coupe de la queue, malgré des instructions claires et répétées, n'est partie qu'après publication dans le HUNDE. La raison invoquée était l'arrivée tardive de la version française, mais celle-ci avait été envoyée à temps (preuve à l'appui) et c'est au secrétariat qu'elle a été égarée.
  • Un certain nombre de sanctions et demandes sont transmises à la commission d'élevage avec un retard allant jusqu'à plusieurs mois, par ex. Club du Lagotto, cas XXX, Foxterrier etc.
  • Nous avons besoin de précisions concernant le règlement d'élevage de l'ASCS (26.05.98). Je demande à M. Ryser de les réclamer auprès de ce club. Jusqu'à ce jour, 27.07.98, cela n'a pas été fait. Il paraît que Mme Stalder ne l'aurait pas fait.
  • Les changements concernant des règlements d'élevage acceptés par le CC et transmis à P. Ryser n'ont toujours pas été signés, ceci malgré mes ordres et rappels précis, et se trouvent (3 mois plus tard) toujours en suspens au secrétariat(par ex. RE BBCS).
  • L'ordre donné à P. Ryser que certains clubs de race peuvent publier les changements de leur RE dans les organes officiels (à certaines conditions) n'est pas exécuté (par ex. Retriever Club).
  • Le fait que la collaboratrice Mme Rüfenach serait absente pendant une durée assez longue pour raison de maladie, était connu à l'avance, mais aucune mesure n'a été prise afin d'éviter une surcharge de travail. Seulement lorsque les travaux avaient subi des retards considérables, du personnel auxiliaire a alors été engagé ne pouvant pas, comme c'était à prévoir, remplir cette tâche de manière satisfaisante. Les conséquences: beaucoup de clients attendent pendant des semaines voire des mois les pedigree (par ex. X PON, X Afghans, X Whippets etc. etc.)et un bon nombre de responsables d'élevage et de membres des comités des clubs de race sont fâchés et ceci à raison.
  • Le membre de la commission d'élevage qui doit s'occuper de la réorganisation de l'insigne de qualité, demande des cartes d'invitation pour le "congrès pour éleveurs débutants". Elles arrivent sans les bulletins de versements. Lors de la conversation téléphonique avec le secrétaire général, celui-ci lui explique: "Vous savez, chez nous rien ne marche du premier coup"!!
  • Les informations téléphoniques erronées, sans pourparlers avec la présidente de la commission d'élevage, sont monnaie courante: par ex. club XXX: par téléphone accord a été donné d'employer un mâle non confirmé à l'élevage (une sanction est le résultat qui s'ensuit); le propriétaire d'un Dogo Argentino reçoit le conseil de faire confirmer son chien en Allemagne, parce qu'il n'y aurait pas de club correspondant en Suisse; cas XXX:information est donnée au Dr. J. XXX que le club XXX permet l'implantation de puces électroniques, ce qui n'était pas le cas au mois de juin 98; cas XXX: on informe une éleveuse qu'elle ne reçoit pas ses pedigrees à cause d'une procédure de sanction engagée envers sa personne, ce qui n'est pas vrai, etc..

Tous cela démontre une inéfficacité effrayante et une organisation insuffisante au sein du secrétariat central. Cela démontre également une gestion défaillante. La gestion administrative du secrétariat est le domaine du secrétaire général. La surveillance supérieure et la responsabilité appartiennent au CC, donc vous et moi et surtout le président central. Une des raisons principales de vous écrire est la remarque du président vis-à-vis de moi que des informations importantes de la commission d'élevage ne seraient pas transmises au secrétariat. Je tiens à préciser de manière claire que toutes les affaires de la commission d'élevage transitent par le secrétariat, les informations coincent manifestement à l'intérieur du secrétariat même. Malgré que l'administration du LOS soit sous la responsabilité du secrétariat central, "la base" me rend toujours responsable, ceci étant dû aux interdépendances personnelles de Madame Eva Walliser, qui me précédait. La situation actuelle ne peut donc me laisser indifférente.

Monsieur le président, chers collègues, les six premiers mois sous l'égide du nouveau CC pouvaient être interprétés comme période de transition. Un aiguillage rapide est indispensable, afin de ne pas perdre trop de confiance. Chaque panne de la part du secrétariat nous sera reprochée à la fin de l'année. Malgré tout, nous devons rester conscients que le CC doit savoir se remettre en question. Je constate une tendance grave, suite aux reproches de gaspillage faites à l'ancien CC, de tomber dans l'autre extrême. Les mesures d'économie ne doivent pas bloquer une affaire, avant que des discussions appronfondies aient eu lieu au sein du CC. Il ne doit surtout pas arriver que quelques membres du collège annulent de manière arbitraire des décisions prises auparavant par le CC en invoquant la justification financière. Cela ne me permet plus de partager la responsabilité avec vous.Le nouveau règlement de frais, réaction à la largeur de vues de nos prédecesseurs, est d'une mesquinerie intolérable.

Je suis tout à fait prête à repourvoir mon poste à titre honorifique. Une fonction honorifique a ses limites et ne veut pas dire que certains membres du CC doivent supporter eux-mêmes les dépenses. Il est choquant que certains membres du CC, avec quelque explication que ce soit, perçoivent plus d'indemnités que d'autres.

Etant donné que je ne suis pas prête d'être rendu responsable pour ces nombreux problèmes, ne serait-ce que moralement, et de sacrifier une grande partie de mon temps à ce poste honorifique sans avoir essayé d'amener un changement, je me permets de formuler les exigences suivantes.

Concernant l'organisation du CC:

L'introduction d'un règlement de frais qui soit valable de la même manière pour tous les membres du CC qui prévoit le remboursement égal pour tous concernant des accomplissements supplémentaires. Ceux-ci sont à justifier en détail dans la note de frais.

Les reproches faites à Mme Walliser ne se basaient pas sur le fait qu'elle a perçu des frais ou qu'elle a été payé pour des travaux, mais que ces paiements aient été effectués de manière

cachée à l'encontre des statuts, et en partie, sous forme de frais surélevés.

Concernant l'organisation du secrétariat et du LOS:

  • Le CC élabore un profil d'exigences pour le secrétaire général. Celui-ci est discuté avec le secrétaire général et transformé en une liste des affaires non réglées avec indication des délais d'exécution.
  • Les responsabilités au secrétariat central doivent être attribuées de nouveau.Les tâches spécifiques et les compétences du secrétaire général sont retenues dans un cahier des charges, ceci à part la cession de la responsabilité générale qui est évidente.
    L'administration peut être régit soit par le CC ou par le président. Nous devons néanmoins agir et rendre responsable le secrétaire général, si nous constatons que le secrétariat général n'est pas efficace.
  • Le secrétaire général établit, en collaboration avec chaque employée, un cahier des charges pour chaque poste d'où ressortent clairement les exigences liées à celui-ci.
  • Les suppléants sont à définir clairement dans les cahiers des charges. A l'avenir aucun retardement des affaires est toléré. La réorganisation du secrétariat général et du LOS doit garantir la présence permanente d'une personne compétente.
  • La commission du CC mène un entretien personnel avec chaque employé, souligne que ni comportement non-loyal, refus de travail ou rendement insuffisant est toléré et qu'il attend du secrétaire général, en cas de récidives, que celui-ci prenne les mesures adéquates pouvant aller jusqu'à des licenciements. De plus, il est exigé de la part du secrétaire général de notifier les incidents au moyen d'un rappel à l'ordre écrit qui devra être signé par la personne concernée.
  • Je désire une discussion franche au sein du CC (à l'exclusion de toute personne n'appartenant pas au CC et du secrétaire général) afin de décider si celui-ci devra suivre un cours de management ou XXXXXX.

Il ne nous reste pas beaucoup de temps. Les nouvelles mesures doivent faire effet au mois de janvier 1999 au plus tard, ce qui exige le planning suivant:

L'ordre de jour de la prochaine séance du CC du 3 septembre doit comporter comme point principal "la réorganisation du secrétariat général" précédé de l'envoi de cette lettre à tous les membres du CC jusqu'au 15 août 1998.

L'élaboration du nouveau règlement des frais valable pour tous les membres du CC pour acceptation lors de la prochaine séance du CC.

La constitution d'une commission du CC pour "la réorganisation du secrétariat général" lors de la prochaine séance.

Un entretien avec le secrétaire général et l'élaboration du cahier des charges (par lui-même) jusqu'au 20.09.98. Acceptation définitive du cahier des charges par envoi circulaire ou décision du comité directoire jusqu'au 15.09.98.

Entretiens entre le secrétaire général et les collaboratrices et élaboration des cahiers des charges jusqu'au 15.12.98.

Mise en pratique de la réorganisation du secrétariat central (nouveaux procédés) jusqu'au 30.10.98.

Première évaluation de cette réorganisation le 15.12.98.

J'espère que ma lettre donnera l'impulsion nécessaire pour que la situation insatisfaisante puisse être améliorée, afin que, au plus tard en 1999, une collaboration satisfaisante dans un clima de travail serein puisse être possible. Je suis consciente que ma demande pourrait exiger des décisions sévères (même dans le secteur personnel), étant donné que le mauvais clima de travail est aussi empreint de revendications de pouvoir et d'animosités personnelles qui ont été engendrées sous la direction précédente.

Nous avons été élus avec la prétention de renouveler la direction de la SCS. Je constate que nous nous trouvons dans des eaux semblables à celles de nos prédécesseurs et que nous risquons d'être pris dans un tourbillon. Chacun d'entre nous se laisse isoler par les nombreuses petites affaires courantes de son ressort, pendant que l'administration du secrétariat continue à agir dans son inéfficacité autonome. Je me trouve à un point ou je devrais revoir mon engagement au sein du CC, si nous n'arrivons pas à provoquer un revirement.

J'espère que vous comprendrez ma lettre dans le sens que je voulais lui donner: un encouragement à une meilleure collaboration, afin de réaliser un meilleur avenir au sein de la SCS.

Avec mes meilleures salutations.

Marlene Zähner

SHARES
205
LIKES
205
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #